Tu (Jean-Baptiste Besnard) — Arbrealettres

Tu fus la flamme qui s’éteint à force de brûler dans l’âtre Tu fus l’oiseau du matin dans un ciel d’une teinte bleuâtre qui s’envole du toit de la maison vers la ligne de l’horizon Tu fus la fleur dans le parterre qui fleurit pour un jour et s’incline vers la terre à la fin […]

via Tu (Jean-Baptiste Besnard) — Arbrealettres

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s